L'association Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés

S’interroger sur le vieillissement des populations afin de mieux répondre aux défis de la transition démographique en cours et mieux vivre dans nos territoires urbains est un défi majeur pour le XXIème siècle.
C’est pourquoi, en 2010, l’Organisation Mondiale de la Santé a incité les villes à mieux s’adapter aux besoins de leurs aînés, de façon à exploiter le potentiel que représentent les personnes âgées pour l’humanité.
La volonté des acteurs francophones impliqués est d’adapter nos villes, nos municipalités et EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale) à une population vieillissante, prévoir des services et structures accessibles à tous, optimiser l’accès aux soins de santé, sécuriser l’espace public, tenir compte des différences et des besoins de chacun.

Pour y parvenir le Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés s’attache à :
- Développer au niveau francophone le réseau international des Villes Amies des Aînés de l’OMS,
- Favoriser les échanges d’informations et de bonnes pratiques entre les acteurs,
- Favoriser les liens et les débats sur le programme Villes amies des aînés,
- Être force de proposition auprès des pouvoirs publics,
- Créer les conditions d’une meilleure adaptation de la ville aux aînés,
- Informer et conseiller les acteurs désireux de rentrer dans la dynamique de l’OMS,
- Organiser et participer à des évènements valorisant la démarche Villes Amies des Aînés,
- Mettre en place des outils de réflexion, d’évaluation et d’action sur l’environnement bâti et social des seniors.


François RensamenLe mot du Président
Notre Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés (RFVAA) prend chaque jour tout son sens grâce au travail initié par chacun des membres de l’association. La richesse de nos échanges montre l’importance de s’unir pour guider et accompagner l’évolution des mentalités.

Nous constatons chacun le chemin qu’il reste à parcourir pour que l’âge soit une valeur reconnue par toutes les générations. Vieillir est certes une chance, mais l’allongement de l’espérance de vie est un sujet de préoccupation qui nécessite une réorganisation de notre société afin de prendre en compte cette évolution majeure.

La démarche de l’OMS et de son programme Villes Amies des Aînés dans lequel nous sommes engagés ensemble, vise à permettre aux âgés de nos villes, de nos territoires, d’œuvrer sans discrimination à l’organisation d’une société qui accepte la différence, y compris celle du vieillissement. Nous aurons gagné ce pari quand nous n’associerons plus ces mots « bien » et « vieillir » parce que cela sera naturel à chacun de vivre son âge.

Les projets initiés dans chacun de nos territoires démontrent la diversité des initiatives pour y parvenir : nous percevons ici dans nos expériences la richesse de travailler en réseau, afin de ne pas perdre ce temps qui nous est compté.

Nous avons chacun les mêmes interrogations : nous nous devons d’être créatifs avec les habitants. Le réseau doit donc affirmer avec toute notre énergie et nos convictions que nos villes œuvrent durablement pour des conditions de vie adaptées pour les plus âgés.

Nous nous inscrivons ensemble dans la bataille de l’avenir, car c’est ainsi que nous donnerons du sens à notre société, convaincu qu’une ville amie des aînés est une ville amie de tous.

François REBSAMEN, Président du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés


 

Who Global Network for Age-friendly Cities and Communities
AGE pla

 

 

 

 

 

 

 

 
Pierre-Olivier Lefebvre, Délégué Général
 
Angélique Bricler,
Assistante du Délégué Général
 
Floria Finot, Chargée de développement
 
Angélique Philipona,
Chargée de développement, Doctorante