Alana Officer : Responsable du réseau mondial Villes Amies des Aînés de l'Organisation Mondiale de la Santé

Allocution d'ouverture aux Quatrièmes Rencontres du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés

Les événements récents, locaux et mondiaux, parlent d'une rupture de la cohésion sociale. Pourtant, cette cohésion sociale est tellement fondamentale pour que chacun ait la capacité et les possibilités de mener une vie digne ! C'est la solidarité intergénérationnelle qui est fondamentale pour la construction et le maintien de cette cohésion sociale.

Dans nos sociétés qui sont énormément diversifiées nous avons pourtant, en tant qu'êtres humains, cette tendance très involontaire à regrouper les personnes en fonction de leurs ressemblances : race, sexe, âge, handicap... Ces stéréotypes sont fondés sur l'idée que tous les membres d'un groupe sont identiques. Les stéréotypes sont un vrai problème, d'autant plus lorsqu'ils concernent le vieillissement, car ils maquillent une immense diversité. Les stéréotypes ou les discriminations fondés sur l'âgé sont appelés l'âgisme et cet âgisme est un phénomène dominant dans le monde actuellement. L'OMS a étudié les résultats d'une étude portant sur 80 000 personnes, dans 57 pays du monde. Selon cette analyse, 60% des personnes interrogées pensent que les personnes âgées ne sont plus respectées. Nous devons lutter contre l’âgisme pour favoriser la cohésion intergénérationnelle.

L'année dernière, l'OMS a publié son premier rapport mondial sur le vieillissement et la santé que je vous invite à consulter (http://www.who.int/ageing/publications/world-report-2015/fr/). Ce rapport crée un nouveau cadre pour le vieillissement en bonne santé. Il initie une stratégie et un plan d'action mondial sur le vieillissement et la santé. En mai 2016, le sommet mondial de la santé, qui réunit les représentants de 194 pays du monde, les a invités à adopter cette stratégie qui définit un cadre d'action pour les quinze prochaines années. Les cinq premières années seront dédiées à la construction des partenariats et des bases de données et seront suivies par une décennie d'actions. C'est une énorme opportunité : la vision de cette stratégie c'est un monde dans lequel les gens peuvent vivre une vie longue et saine. L'un des principes sur lesquels repose cette stratégie c'est la solidarité intergénérationnelle. Il y a d'autres principes bien sûr : l'égalité entre les sexes, l'égalité et la non discrimination en raison de l'âge, l'équité etc.

Cette stratégie et ce plan d'action se concentrent sur cinq objectifs :

  • Favoriser le vieillissement en bonne santé dans tous les pays.
  • Créer un environnement favorable aux personnes âgées, et cela inclut évidemment le programme Villes Amies des Aînés.
  • Adapter nos systèmes de santé aux besoins des populations les plus âgées.
  • Développer le système de soins de longue durée.
  • Améliorer le dispositif d'analyse, de surveillance et de compréhension du vieillissement.

Aujourd'hui je tiens à apporter une attention particulière sur deux actions concrètes de cette stratégie. La première c'est l'importance de continuer à développer avec vous le réseau mondial des Villes Amies des Aînés en tant que mécanisme clé pour les pays qui soutiennent les mesures multisectorielles, locales, pour un vieillissement actif et en bonne santé. Pour la première fois, l'assemblée mondiale de la santé a reconnu l'importance de ce réseau mondial ainsi que les leaders des pays G7, qui en juin 2016 ont demandé un renforcement de ce réseau mondial. Ils ont souligné l'importance de cette approche « Villes Amies des Aînés » et la nécessité d'investir sur ce programme. Cela modifie les enjeux, pour vous comme pour nous. Cela nécessite que nous tous, fassions un bilan de notre travail collectif, que nous améliorions l'appui que l'on donne aux élus, aux habitants dans nos villes, que nous renforcions nos collaborations avec des partenaires clés, solides comme le réseau francophone, programme affilié au réseau mondial et qui est notre seul partenaire en France. Mais en plus, cela signifie que nous devons documenter ce que nous faisons, mesurer et montrer l'impact que l'on a sur le terrain. La deuxième priorité dont je voudrais vous parler, c'est la demande qui a été faite par l'assemblée mondiale de la santé envers le directeur général de l'OMS : développer en coopération avec d'autres partenaires une campagne mondiale afin de lutter contre l'âgisme. L'idée étant de renforcer les initiatives locales, pour atteindre un but ultime qui est d'améliorer le quotidien des personnes âgées et d'optimiser les réponses politiques à cet égard.

Couverture guide mondial des villes amies des aînésTéléchargez le guide
Si vous aussi vous êtes membres du réseau mondial des Villes et communautés amies des aînés, vous pouvez partager vos bonnes pratiques sur le site de l'Organisation Mondiale de la Santé dédiée à la démarche en suivant ce lien.
Visitez le site du réseau mondial des villes et communuatés amies des aînés.


Télécharger le guide